-22

Sky Glabush

Oeuvres de l'exposition

Galerie Division est fière de présenter la toute nouvelle exposition de l’artiste Sky Glabush, sa première exposition solo à Montréal.

Le travail de Glabush se matérialise sous plusieurs formes, se mouvant avec fluidité entre peinture, sculpture et dessin. Avec un traitement malléable de la forme et du style, Glabush s’attaque à des questionnements majeurs rattachés au modernisme, à l’individualité, à la socialité et aux structures érigées afin de maintenir ces vastes concepts. Alors que dans des séries antérieures il explore les relations entre spiritualité et abstraction, entre religion et modernité, cette dernière exposition se penche sur les principes régulant l’identité. En traçant des parallèles entre des espaces et les sujets s’y trouvant, Glabush examine la coexistence de l’intériorité et de l’extériorité qui définit identité et architecture.

Glabush présente une nouvelle série de sculptures qui s’apparentent à des modules de mobilier, soit à des tables, des étagères et des bibliothèques. À la manière de ce type d’ameublement domestique, ces sculptures sont composées d’extensions et d’ajouts, résistant à l’illusion d’une monumentalité et à une unification qui se voudrait gestaltique. Storage Unit rappelle à la fois la structure d’un mobilier modulaire et la composition cubiste, divulguant ou non un contenu selon la perspective choisie. Deux marches au centre de la sculpture incitent à l’agenouillement devant cette dernière, ou bien à l’accession de son labyrinthe de cavités. Alors que Storage Unit provoque un dialogue avec l’observateur, d’autres sculptures de chaises incrustées dans du béton empêchent cette relation intuitive. Le visiteur se voit plutôt refuser cet accès à l’espace négatif normalement réservé au corps, mais occupé ici par divers matériaux lourds.

Les éléments d’encaustique et les surfaces grossièrement taillées des sculptures de Glabush dévoilent les traces des manipulations subies. Les dernières expérimentations de l’artiste avec le tissage positionnent elles aussi le labeur au premier plan, fixant la valeur de l’œuvre dans son exécution et non dans sa finalité. Les nuances de couleurs délavées s’unissent les unes aux autres (résultant des fils teints à la main et encore mouillés que Glabush passe dans le métier à tisser), valorisant la fastidieuse transformation de ses matériaux dans le temps. À l’image de la syntaxe de ses patchworks dynamiques, les registres de significations ne sont pas clos et contenus dans les œuvres de Glabush. Au contraire, l’artiste montre comment notre personnalité apparemment circonscrite se transpose dans les réceptacles et les espaces avec lesquels nous interagissons.

Une exposition apparentée à celle-ci a été présentée à Oakville Galleries. Glabush a eu des expositions solos à MKG 127, Toronto (2014, 2011, 2009), à la Art Gallery of Windsor (2011) et à la Thames Art Gallery, Chatam (2012). Son travail s’est également retrouvé dans des expositions de groupe, telles que The Painting Project, Galerie de l’UQÀM, Montréal (2013), A(l)ure of the Local October, Museum London (2009), Hintherlands, Harbourfront Center, Toronto (2009), Canada Calling: recent work by Sky Glabush and Shary Boyle, Suzanne Biederberg Gallery, Amsterdam (2005) et Here and Now: Current Drawings, Art Gallery of Alberta, Edmonton (2005).

Pour plus d'information au sujet de l'artiste